La respiration Wim Hof



Comment ça marche ?

Les 3 phases de la respiration Wim Hof 1 – La phase d’hyperventilation contrôlée: qui a pour principal objectif de faire diminuer le taux de CO2 dans le sang (en le saturant d’O2) et augmenter le temps d’apnée (l’envie de respiré est fonction de l’augmentation du taux de CO2 dans le sang et non de la diminution du taux d’O2). 2 – La phase de rétention (apnée poumons vides): qui a pour objectif (grâce à une concentration très basse en CO2) de faire « chuter » la concentration en O2 dans le corps (hypoxie). Ce qui va déclencher la sécrétion de sérotonine, de dopamine, d’ocytocine et de noradrénaline (les hormones du bonheur). 3 – La phase de rétention (apnée poumons pleins): qui a pour principal objectif de rééquilibrer le système nerveux autonome. Alors, tout ça c’est bien jolie sur le papier mais à quoi ça sert concrètement? Eh bien ce mécanisme permet de générer une hormèse par l’apnée. L’hormèse est la capacité du corps à renforcer son corps en le soumettant à un effort BREF et INTENSE… tout en ne dépassant pas notre capacité adaptative… Finalement les 3 phases de la respiration Wim Hof nous permettent de passer:

  • d’un mode Sympathique « Extrême » (lors des respirations)

  • à un mode Parasympathique « Extrême » également (lors de l’apnée poumons vide)

  • et de rééquilibrer le tout lors de la phase d’apnée poumon plein.

L’objectif principal de la respiration Wim Hof est donc de réguler (en profondeur) le système nerveux autonome. Et un système nerveux bien réglé, c’est tout un ensemble de bénéfices qui en découlent.

Les bienfaits de la respiration Wim Hof

Que vous soyez sportif ou simplement quelqu’un qui souhaite reprendre sa santé en main… les techniques de respiration associées à l’exposition au froid sont de très bons outils.

  • réduction du stress, de l’anxiété et de la dépression: pratique pour préparer et gérer la pression d’une compétition (ou d’une prise de décision pour son business)

  • amélioration du système immunitaire (et mieux résister aux maladies).

  • augmentation de l’endurance grâce à la meilleure gestion d’une concentration forte en CO2 (pratique pour augmenter son cardio)

  • la clarté d’esprit qui se manifeste après une séance

  • etc…La liste pourrait encore être très longue…


Comment pratiquer la respiration Wim Hof

Avant de commencer, il est important de connaître les contres indications et les bonnes pratiques :

Ne pas pratiquer la méthode Wim Hof:

  • si vous conduisez

  • si vous êtes dans l’eau (ou en apnée)

  • si vous êtes enceinte

  • si vous êtes cardiaque

  • si vous êtes épileptique

  • etc…

La pratique devra se faire:

  • assis par terre ou couché au sol

  • sans aucun éléments dangereux à proximité (coin de table basse, etc… )

Petit plus, je vous conseille de prendre un temps d’introspection de quelques minutes et prendre le temps de vous recentrer. Cela va vous permettre de profiter d’une session de respiration plus qualitative.


Comment se déroule une séance?





1 – La première des choses est de vous installer confortablement.

De préférence couché (sur un tapis de Yoga) avec une couverture à proximité (en cas de sensation de froid). Pensez éventuellement au coussin, le but est tout simplement de vous sentir bien.

2 – Prenez 5 minutes pour vous recentrer sur vous-même.

En vous concentrant par exemple sur votre respiration.

3 – Pratiquer 3 rounds de respiration Wim Hof.

Chaque round de respiration se présente de la manière suivante:

  • 30 cycles d’inspiration et d’expiration

  • 1 phase de rétention poumons vides (2 à 3 minutes en moyenne)

  • 1 phase de rétention poumons pleins (15 secondes environ)

Pendant les phases d’hyperventilations (surtout si vous débutez), des sensations de fourmillements ou encore de tête qui tourne peuvent se manifester. Sachez que c’est une réaction physiologique parfaitement normale. Si les sensations deviennent trop inconfortables ralentissez le rythme ou partez en apnée.

Avec le temps et la pratique, ces manifestations deviendront de moins en moins fortes.


Combien de fois par jour pratiquer la méthode Wim Hof?

A cette question, je vous répondrais d’essayer de la pratiquer une fois par jour, 5 à 7 fois par semaine.

Vous pouvez intégré votre pratique lors de votre rituel du matin (ou du soir).

En pratiquant régulièrement, vous allez opérer un sacré changement sur votre physiologie et votre humeur.


Pour la pratique débutante, laissez vous guider !





La méthode de respiration Wim Hof peut-elle être un danger?

Pour répondre à cette question, le mieux est encore de faire un parallèle avec un marteau. Ce qui est dangereux avec un marteau ce n’est pas la chose en elle même mais l’utilisation qu’on en fait.

Pour les respirations Wim Hof c’est exactement la même chose, ce qui est dangereux ce n’est pas la technique de respiration, c’est sont utilisation.

Si vous respectez les consignes et les contres indications, vous ne pourrez en tirez que des bénéfices.

A l’inverse, si vous la pratiquez de la « mauvaise façon » (en forçant les apnées ou en pratiquant des séances poussées régulièrement) cela peut avoir des impacts sur le corps. Vous aurez tout simplement dépassez votre capacité adaptative et vous allez déclencher des effets indésirables.

Donc, NON la respiration Wim Hof n’est pas dangereuse à condition de la pratiquer correctement.


Sources : https://projetoctopus.fr/respiration-wim-hof/

https://www.youtube.com/user/GaiaMeditation

105 vues0 commentaire

 

Jardins D'Olivier, 21 rue des Vosges, FR-70200 MALBOUHANS

www.olivier-renaud.fr    contact.jdo@gmail.com

Ce site ne fait pas partie du site Facebook, ni de Facebook Inc.

Copyright. Tous droits réservés ©2020 by Jardins D'Olivier.

Conditions d'utilisation - Politique de Confidentialité - Contact - Mentions légales et avis de non-responsabilité

- Mentions légales et avis de non-responsabilité -

Le site "les jardins D'Olivier et son représentant légal Olivier Renaud ne remplace en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé. Seul votre médecin généraliste ou spécialiste est habilité à l’établissement d’un diagnostic médical et à l’établissement du traitement adapté qui en découle.