top of page

Et si la dépression n'était qu'une histoire d'intestin mal traité !

Dernière mise à jour : 7 févr. 2019



Voici un article, qui parle du fond du problème déjà bien mis en avant par 

d'autres pays comme l'Allemagne ou la Russie, par exemple. 


Les bactéries intestinales sont susceptibles d'envoyer des signaux au cerveau par différentes voies et ainsi de l'influencer. 

Si bien que le microbiote participerait aux maladies psychiatriques. Le microbiote intestinal peut agir sur le cerveau par voie nerveuse, en stimulant les terminaisons du système nerveux entérique qui communique avec le cerveau par l’intermédiaire du nerf 

vague.


Les bactéries intestinales produisent aussi des métabolites (2) qui 

agissent sur le cerveau par voie sanguine. Certaines bactéries activent 

par ailleurs les cellules immunitaires intestinales (3) qui sécrètent à leur 

tour des cytokines. Par voie sanguine, celles-ci peuvent activer 

la microglie (système immunitaire du cerveau), créant une inflammation. 

D’autres bactéries activent les cellules endocrines qui produisent des 

neuropeptides (4) qui, véhiculés jusqu’au cerveau par le sang, peuvent 

modifier le fonctionnement de neurones (4).


Cet article est extrait du magazine Sciences et Avenir n°817

Et pour compléter cette mise en bouche, voici une vidéo de association "régénère".

https://youtu.be/kyDs7S-dRa0

18 vues0 commentaire

Comments


bottom of page